Cabinet Conseil & Formation en Ressources Humaines

La Qualité de Vie au Travail au Service de la Réussite pour Tous
















L'essaimage : Une idéologie partagée en tandem "Entreprise-Salarié"


La notion d'essaimage désigne le soutien apporté par une entreprise à ses salariés pour la création ou la reprise d'une entreprise. 


Ce soutien peut notamment prendre la forme :

  •  d'informations,
  •  d'un accompagnement méthodologique et technique,
  •  de formations,
  •  d'appuis logistiques,
  •  d'un soutien financier au porteur de projet ou à l'entreprise nouvellement créée


Les pratiques d'essaimage constituent un puissant levier de la création d'entreprises, d'emplois et de richesses en France.

Les entreprises créées par essaimage ont généralement un taux de réussite supérieur à la moyenne nationale : les responsables d'entreprises pratiquant l'essaimage avancent selon les cas de *​ 70 à 90 % de réussite à cinq ans. 


Ces responsables déclarent par ailleurs que les entreprises essaimées occupent de 1,5 à 3 personnes en moyenne (salariés et non salariés y compris le dirigeant) trois années après leur création.


(*Source : Extrait enquête INSEE - Sine 2006 - Méthodologie APCE)


​On distingue trois types d'essaimage :

  • L’essaimage à chaud, ou social : c’est la forme la plus répandue, ce cas de figure est utilisé lorsque la société essaimant cherche à résoudre un problème de sureffectif ou met en œuvre une politique de restructuration. Ainsi, elle va mettre en place un dispositif fortement incitatif et encourageant.
  • L’essaimage à froid ou actif : ce type, résulte de l'initiative de salariés ayant un projet de création d’entreprise. C’est dans le cadre d’une politique de ressources humaines qui encourage l’esprit créatif et innovant.
  • L’essaimage stratégique : c’est la mise en pratique d’une approche économique de l’essaimage qui met une démarche gagnant/gagnant pour externaliser une activité. Il y a alors transfert de compétences, de technologie ou de brevet avec dans certain cas une coopération commercial​e.


Le néo-management autour des valeurs individuelles et collectives


La créativité en entreprise, gage de performance stimule 86 % des salariés 


La soif de créativité des salariés et des dirigeants créé un contexte favorable à la transformation des entreprises. L'entretien professionnel permet d'étudier les perspectives professionnelles, d'établir les projets et les besoins de tout à chacun d'évoluer en permanence.​ Allier la réussite et les valeurs humaines, c'est savoir emprunter des chemins hors des sentiers battus.​​

PLAN DU SITE


ACCUEIL                                                                                      

A PROPOS                                                                                   

ATELIERS


L'intrapreneuriat et l'essaimage : un duo gagnant "Entreprise-Salarié"


Les avantages pour le créateur

Le salarié bénéficie d’un accompagnement d’expert qui le place dans une situation de gagnant / gagnant avec son ancienne entreprise.

Il peut compter sur l’aide et le conseil d’une entreprise d’expérience et qu’il connait bien puisqu’il a travaillé avec eux.


Intérêt pour l'entreprise

Si l’entreprise incite et encourage ce genre de pratique par ses employés c’est qu’elle a évidemment beaucoup à y gagner.

Cela lui permet de former ses futurs collaborateurs qui auront de plus, un fort potentiel entrepreneurial. C’est aussi un outil de motivation en interne. En encourageant l’essaimage, l’entreprise favorise la mobilité des salariés, puisque des postes se libèrent.

En formant et créant des acteurs économiques qui sont ses partenaires et collaborateurs, l’entreprise contribue à l’enrichissement du tissu économique mais aussi à rendre son secteur de meilleure qualité en formant ses prochains collaborateurs.

Il faut comprendre que l’entreprise ne participe pas à la création d’un concurrent qui va lui grignoter des parts de marché mais bien à promouvoir un nouvel acteur qui sera un collaborateur actif.

Cette démarche s’inscrit dans les mesures d’accompagnement, qui permettent à l’entreprise de profiter du talent, de l’expérience et du savoir faire de ses meilleurs éléments qui veulent quitter la société pour devenir patron en devenant partenaire financier et/ou logistique.


L’essaimage est une pratique très courante dans le monde des entreprises. En France, le nombre d'entreprises créées par essaimage est estimé à 15 000 par an selon une enquête réalisée par l'INSEE en 2002. L’étude met en exergue aussi, que

14 % des dirigeants interrogés ont déclaré que la création et le démarrage de leur entreprise ont été facilités par des relations avec leur ancien employeur. L’essaimage consiste à aider un ou plusieurs travailleurs à créer leur propre entreprise ou en reprendre une autre. Vous avez un projet ? ... Parlons-en si vous le voulez bien !

​Valeurs Conjuguées : Emploi & Création

Intrapreneuriat et Essaimage ... La nouvelle donne de la réussite professionnelle

Copyright www.ressources-innovation.com. Tous droits réservés.

 

L'intrapreneuriat : une idée florissante "Entreprise-Salarié"


L’entrepreneuriat séduit de plus en plus de Français. Découvrez comment les salariés peuvent

devenir entrepreneurs au sein même de leur entreprise.Une majorité de salariés intéressés

par l’intrapreneuriat  (Par Nathalie Le Jort - Extrait de Nouvelle Vie Professionnelle du groupe AEF presse RH)


Selon l’étude "Intrapreneuriat : effet de mode, ou vague de fond ?" menée par le cabinet de conseil Deloitte, en partenariat avec Viadéo et Cadremploi, auprès de 4 000 personnes en France, 72 % des salariés se disent intéressés par l’intrapreneuriat.

Si 63 % des entreprises n’ont aucun programme d’intrapreneuriat, cette démarche encore méconnue devrait se développer dans tous les secteurs, et pas seulement dans les grands groupes ; start-up et PME sont également concernées, d’après le cabinet Deloitte.

Il s’agit pour le salarié de devenir entrepreneur au sein même de son entreprise.

Rester salarié tout en exerçant une activité d’entrepreneur, à raison d’une journée par semaine par exemple, avec le soutien de son employeur. Ce projet doit être en lien avec l’activité de l’entreprise et tous partagent les bénéfices de ce projet, souvent innovant.

A la différence de l’entrepreneuriat, l’intrapreneuriat présente ainsi moins de risque financier : il « n’engage que le savoir-faire du salarié et non ses avoirs financiers et biens personnels ».​ 74 % des sondés souhaitent devenir intrapreneurs d’ici 3 ans

Si une autre étude indique que presque 1 Français sur 2 envisage de créer son entreprise, l’intrapreneuriat peut représenter une alternative intéressante pour les salariés car plus de deux tiers des projets d’intrapreneuriat sont validés et concrétisés au sein des entreprises.

63 % de ces projets ont vocation à créer de nouveaux produits ou à améliorer un produit ou service déjà existant, tandis que 18 % visent le développement de nouvelles technologies.

Enfin, l’intrapreneuriat peut être un bon tremplin pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ! D’ailleurs 65 % des personnes interrogées estiment que leur expérience d’intrapreneur les a incitées à devenir entrepreneur.